Please wait...
/
https://claco-ministeresports.univ-lyon1.fr/
/
/themes/claroline-black/bootstrap.css?v=681f97338ca102a4139671e7dff2b58d
en
It appears that you're using an unsupported web browser. To enjoy a pleasant and bug-free experience, please use a recent version of a major browser (http://browsehappy.com). Internet Explorer is supported from version 11.
Loading...

Brigitte Duboc, athlète handisport de 54 ans, a pratiqué  le tir à l’arc pendant de nombreuses années. En témoigne son palmarès éloquent :

  • 2008 : 6ème aux Jeux Paralympiques de Pékin ;
  • 2010 : 4ème au championnat d’Europe à Vichy (France) en individuel ;
  • 2012 : 9ème aux Jeux Paralympiques de Londres ;
  • 2013 : Championne du monde à Bangkok ;
  • 2014 : 4ème au championnat d’Europe en Allemagne en mixte ;
  • 2016 : 9ème, malgré une blessure à l’épaule, aux jeux Paralympiques de Rio.

et bien d’autres médailles au niveau national voire international.

 

Brigitte a également été Porte-drapeau au championnat du Monde à Bangkok en 2013 et en Allemagne en 2014. Elle arrête sa carrière internationale en avril 2019.

 

Au-delà de sa pratique, Brigitte est particulièrement investie comme bénévole, dans les Bouchons 276, aux Archers Sottevillais mais également au Comité Régional Handisport.

 

Elle entraîne également des compétiteurs valides et une section handisport (7 personnes en situation de handicap avec des handicaps différents).

 

Brigitte nous fait partager sa philosophie :

« Mon engagement est certainement du à mon histoire personnelle. Le sport m’a aidé à sortir d’un engrenage négatif quand ma maladie et tout ce qui va avec m’est tombée dessus. Une sorte d’exutoire, de soupape de sécurité, un lien social…. alors, tout naturellement, j’ai voulu partager, communiquer, échanger, changer le regard des gens, l’approche que l’on peut avoir du sport et du handicap,  et par ce biais aider toutes ces personnes en situation de handicap. Prouver que la maladie, l’accident, n’est pas une fin en soi mais, pourquoi pas le début d’une autre vie. On peut pratiquer un sport même avec un handicap, il suffit de trouver l’adaptation qui convient. Alors cherchons, trouvons, adaptons, pratiquons et les yeux qui pétillent, les sourires sur les visages seront notre récompense.

Le sport est une bouffée d’oxygène, une parenthèse, une aide, un soutien, un lien social... »