Please wait...
/
https://claco-ministeresports.univ-lyon1.fr/
/
/themes/claroline-black/bootstrap.css?v=681f97338ca102a4139671e7dff2b58d
en
It appears that you're using an unsupported web browser. To enjoy a pleasant and bug-free experience, please use a recent version of a major browser (http://browsehappy.com). Internet Explorer is supported from version 11.
Loading...

Patrick Bizet, 46 ans, est particulièrement investi dans le milieu du Handball.

Il a débuté cette activité à l’âge de 19 ans et plus particulièrement au poste de gardien de but. En 2008, il se blesse lors d'un match. Suite à de multiples opérations qui ont échouées, il reste blessé au genou droit. Malheureusement, l’autre genou subit la même chose, et Patrick se retrouve en situation de handicap.

Patrick s’est inscrit à toutes les formations lui permettant d’être opérationnel avec les jeunes. Aujourd’hui, Patrick a un CQP (certificat de qualification professionnel), ce qui lui permet d’avoir une carte professionnelle. Acteur du comité départemental du sport adapté de la Seine-Maritime en tant que bénévole, son engagement associatif est fort au sein de l’association BOUCHONS 276 depuis 2012.

Patrick développe le Hand adapté à Dieppe, notamment auprès de jeunes avec TSA (trouble du spectre de l’autisme). Il attaque sa 7ème saison avec, dans son groupe, en plus de ses jeunes autistes, un jeune Dys, un jeune avec une déficience mentale et un jeune porteur de trisomie 21.

Patrick intervient, depuis septembre 2018, dans les écoles, collèges, centres de loisirs etc… pour sensibiliser sur «les différences et les handicaps », grâce à l’agrément qu’il a obtenu.

Il est Ambassadeur « Sport et Handicap » pour la commission départementale « Sport et Handicap » de la Seine-Maritime depuis 2016.

Patrick : « Si j’ai un tel engagement sur le handicap et le "sport et handicap", c’est que je me suis aperçu, quand j’ai voulu reprendre un sport adapté à mon handicap, que peu de choses étaient adaptées à mon handicap. C'est également le fait d’avoir été plusieurs fois dans le centre de rééducation de Granville, et d’avoir vu des jeunes tout faire pour reprendre un sport malgré leur handicap. C’est pour ces raisons que je me suis formé, pour pourvoir changer les choses. Plus j’avançais, plus je commençais à découvrir un monde inconnu, le monde du handicap, avec tout ses problèmes du quotidien, le regard et les préjugés des personnes. J’essaye de faire du mieux que je peux pour faire bouger les choses. »